Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le dernier assaut / scénario et dessin Jacques Tardi ; texte des chansons Tardi, Dominique Grange, Eric Bogle et al. ; chansons interprétées par Dominique Grange et les musiciens d'Accordzéâm ; voix parlée Tardi ; voix d'enfant Margaux Bideault ; mise en couleurs Jean-Luc Ruault ; photographies Anaëlle Trumka

Auteur principal: Tardi, Jacques, 1946-...., AuteurAuteur principal collectivité: Accordzéâm, musiciensAuteur secondaire: Grange, Dominique, 1940-...., Chanteur;Bideault, Margaux, Chanteur;Ruault, Jean-Luc, Technicien graphique;Trumka, Anaëlle, PhotographeLangue : françaisPublication : Bruxelles : Casterman, 2016Description : 1 vol. (92 p.) : illustrations en noir et en couleur ; 32 x 24 cm + 1 CD audioISBN : 978-2-203-10019-0.Note de contenu : Textes des chansons Résumé: Pendant la Première Guerre mondiale, le brancardier Mathurin Broutille enchaîne les rencontres toutes plus désagréables les unes que les autres : le capitaine raciste de la coloniale, les soldats nains du roi d'Angleterre et les armes dernier cri des Allemands. Une dénonciation de la bêtise et de la cruauté de la hiérarchie militaire. Avec quatorze chansons sur la guerre et ses atrocités. ­Electre 2016.Sujet - Nom commun: Guerre mondiale (1914-1918) -- bandes dessinées Code OPAC: LivreSignalement: Ressources en ligne :Accès en ligne Ce document apparaît dans la/les liste(s) : La Grande Guerre
    classement moyen : 5.0 (1 votes)
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Notes Date de retour prévue Code à barres
 Livre Livre Albert Camus

La bibliothèque Albert-Camus vous accueille:

 

  • Section adultes

mardi de 15h à 19h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 15h à 19h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

  • Salle de documentation

mardi de 15h à 18h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 15h à 18h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

  • Section jeunesse

mardi de 16h à 18h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 16h à 18h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

fermeture le lundi et le jeudi

Adulte
Bande dessinée BD TAR (Parcourir l'étagère) Prêté + 1 CD 02/03/2019 1096637
 Livre Livre Elsa Triolet

La bibliothèque Elsa Triolet vous accueille:

le mardi de 16h à 18h

le mercredi de 10h-12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à19h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Adulte
Bande dessinée BD TAR (Parcourir l'étagère) Disponible 1 cd 3053021
 Livre Livre Marguerite Yourcenar

La bibliothèque Marguerite Yourcenar vous accueille:

le mardi de de 16h à 19h

le mercredi de 10h à12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

Adulte
Bande dessinée BD TAR (Parcourir l'étagère) Disponible 1 cd 2045039071

Textes des chansons.

Pendant la Première Guerre mondiale, le brancardier Mathurin Broutille enchaîne les rencontres toutes plus désagréables les unes que les autres : le capitaine raciste de la coloniale, les soldats nains du roi d'Angleterre et les armes dernier cri des Allemands. Une dénonciation de la bêtise et de la cruauté de la hiérarchie militaire. Avec quatorze chansons sur la guerre et ses atrocités. ­Electre 2016

Commentaire de Djamal
13/12/2018

Lorsque chaque homme fut convaincu, dans les tranchées, que le moment était de livrer son dernier assaut, avec, pour les chefs, la conviction de faire reculer l'adversaire jusqu'à Berlin...

Bd documentée ( la dernière de Tardi ) qui nous emmène dans un voyage au bout de la nuit en compagnie du brancardier Mathurin ( surnommé '' Branco Broutille '' qui, au passage, s'est échappé de l'album pour se glisser parmi les chansons du CD qui l'accompagne ), qui dans les tranchées risque sa vie pour les autres, prétexte aussi aux états d'âmes et souci de conscience pour raconter l'indicible.

Tardi depuis 30 ans dans sa tranchée témoigne de l'horreur du grand abattoir, commémorée un siècle plus tard par les successeurs des bouchers ( les politiques ! ), évoque par le biais de son très lucide et placide ! personnage, la saignée opérée dans la chair d'un peuple, d'une jeunesse ( on pourrait ajouter la '' classe ouvrière ( franco-allemande ) '' et ses envies de révolte ... ), saignée opérée pour les seuls intérêts '' du vampire industriel '' qui s'est engrossé des profits de l'effort de guerre en se gavant des retombées générés pour les grands groupes capitalistes côtés en Bourse. Soit le triomphe de l'industrie de guerre au service de la destruction massive, du crime de masse et du meurtre légalisé, '' dont l'avenir s'annonçait radieux, prometteur et encore plus brillant ...''

Dans l'immense décharge de la connerie humaine, combien pouvait coûter un gros géant mortier de 42 tonnes d'acier fondu de chez Krupp ( la Grosse Bertha, du prénom de sa fille ) ? Bientôt, avec la Seconde Guerre Mondiale, le gotha industriel allié au nazisme s'en mettra plein les fouilles....BusIness is business.

'' La patrie a besoin de vous, de votre âme, de votre chair, de votre chair à canon...'', mais quelle fut la cause du '' magnifique '' élan patriotique ? Sûrement la faim, la misère ( des villes et des campagnes, des petites gens ) et le chômage ...

Ce livre n'existerait pas sans le disque qui l'accompagne ( Dominique Grange et l'ensemble Accordzéâm ), Grange et Tardi formant, à la ville comme à la scène, '' un tandem artistique, REBELLE et amoureux, partageant depuis plusieurs décennies '' une même ferveur à exprimer par les mots, la musique et le dessin, leur révolte ( et l'urgence de se soulever ) contre les injustices et l'exploitation de l'homme par l'homme ''.

Enfin, si vous voulez savoir comment se termine l'aventure du brancardier Mathurin, n'hésitez pas à vous aventurer ! Plongez dans ce voyage au bout de la nuit...'' Adieu, mon p'tit pote ! Est-ce que ta mère te reverra un jour ? Ta femme ? Tes gosses ?....

A l'hôpital militaire : '' Des experts en mutilations '' machinées '' recherchaient frénétiquement les types suspects de s'être tiré à '' bout portant '' une balle à travers le bras gauche. On aurait dit que ces médecins militaires patriotes en diable avaient fait le voeu d'expédier ces hommes au poteau ! Il y avait les petites mains qui s'envoyaient une balle dans le pied en tirant à travers une miche de pain pour retenir la poudre dont les brûlures les auraient trahis...Il y avait ceux qui buvaient l'acide picrique des obus pour se coller une jaunisse carabinée. Il y avait ceux qui s'injectaient un crachat purulant bien gras dans les fesses, histoire de provoquer un magnifique abcès. Il y avait ceux qui s'introduisaient sous la peau à l'aide d'une aiguille à coudre, un fil préalablement passé entre leurs dents, en espérant que les bactéries alimentaires ainsi récupérées les infecteraient...En attendant, ils priaient Sainte Gangrène, quitte à perdre un membre...Le major tournait alors autour des pauvres types indemnes mais hagards, les nerfs à vifs, incohérents, incapables de garder leur équilibre ou de répondre à la moindre question. Ces hommes, choqués par '' le vent du boulet '', le souffle de l'explosion, étaient victimes de '' l'obusité ''... C'est le nom qu'on avait trouvé. Pour le major, ils n'étaient que des simulateurs, des '' embusqués du cerveau ''. On les traitait à l'électricité. C'était de mauvais sujets. Le Major croyait en l'électrothérapie et son rêve était de les renvoyer en première en première ligne, sitôt leur fibre patriotique regénérée....'' Augustin, lui, au moins, n'était pas dans le coup...''

Connexion à votre compte pour proposer un commentaire.