Normal view MARC view ISBD view

Frère d'âme : roman / David Diop

Auteur principal: Diop, David, 1966-...., dix-huitiémiste, AuteurLangue : françaisPublication : Paris : Seuil, 2018Description : 1 vol. (174 p.) ; 20 x 14 cmISBN : 978-2-02-139824-3.Collection: Cadre rougeRésumé: Alfa Ndiaye et Mademba Diop, tirailleurs sénégalais et amis d'enfance, font partie d'un terrible assaut lancé un matin de la Grande Guerre. Blessé à mort, Mademba s'écroule sous les yeux de son camarade. Alfa perd la raison et répand la violence sur le champ de bataille au point d'effrayer ses frères d'armes. Son retour forcé à l'arrière est l'occasion de se remémorer son passé en Afrique. ­Electre 2018.Code OPAC: LivreSignalement: Ressources en ligne :Accès en ligne List(s) this item appears in: La Grande Guerre | Prix littéraires 2018
    average rating: 4.0 (1 votes)
Item type Current location Collection Call number Status Date due Barcode
 Livre Livre Albert Camus

La bibliothèque Albert-Camus vous accueille:

 

  • Section adultes

mardi de 15h à 19h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 15h à 19h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

  • Salle de documentation

mardi de 15h à 18h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 15h à 18h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

  • Section jeunesse

mardi de 16h à 18h

mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

vendredi de 16h à 18h

samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

fermeture le lundi et le jeudi

Adulte
Fiction R DIO (Browse shelf) Available 1101328
 Livre Livre Elsa Triolet

La bibliothèque Elsa Triolet vous accueille:

le mardi de 16h à 18h

le mercredi de 10h-12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à19h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Adulte
Fiction R DIO (Browse shelf) Available 3055245
 Livre Livre L'@telier

La médiathèque l'@telier vous acueille: 

le mardi de 15h à 19h

le mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 15h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Adulte
Fiction R DIO (Browse shelf) Available 4051560
 Livre Livre Marguerite Yourcenar

La bibliothèque Marguerite Yourcenar vous accueille:

le mardi de de 16h à 19h

le mercredi de 10h à12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

Adulte
Fiction R DIO (Browse shelf) In transit from Albert Camus to Marguerite Yourcenar since 02/03/2019 2046665071
Browsing Albert Camus Shelves , Shelving location: Adulte , Collection code: Fiction Close shelf browser
R DIO Le ventre de l'Atlantique R DIO Inassouvies, nos vies R DIO Impossible de grandir R DIO Frère d'âme R DIR Number nine R DIS Grand-mère déballe tout R DIS René

Alfa Ndiaye et Mademba Diop, tirailleurs sénégalais et amis d'enfance, font partie d'un terrible assaut lancé un matin de la Grande Guerre. Blessé à mort, Mademba s'écroule sous les yeux de son camarade. Alfa perd la raison et répand la violence sur le champ de bataille au point d'effrayer ses frères d'armes. Son retour forcé à l'arrière est l'occasion de se remémorer son passé en Afrique. ­Electre 2018

prix Goncourt des lycéens 2018

Comment by Djamal
07/11/2018

Roman bref mais grand et beau témoignage ( à la première personne ) voulant rendre hommage en ces temps de célébration mémorielle aux tirailleurs '' sénégalais '' morts pour la France. David Diop s'inspirant de lettres de poilus ( Il n'existe aucun témoignage écrit de tirailleurs ), imagine son histoire sous la forme d'un psycho-récit, deux jeunes, Alpha Ndiaye et son '' plus que frère '' Mademba expédiés dans la boucherie par la folie des officiers. Diop cherche à retranscrire l'émotion du premier après la mort de son compagnon, quand il perd la raison, se venge, fait sa propre guerre, semant l'effroi au point d'effrayer ses camarades, ajoutant sa barbarie artisanale ( au coupe-coupe ) à la barbarie occidentale d'une guerre industrielle.

Après avoir mis son coeur à nu ( ce qu'il pense du conflit, la '' France reconnaissante '' et son capitaine...), jamais remis de l'agonie de son '' plus que frère '' qui le suppliait de l'achever, Alpha Ndiaye est rapatrié sur les lignes arrières, évoquant alors sur le ton de l'incantation ses souvenirs de jeunesse.

Avec ses mots et sa douleur, le '' Frère d'âme '' de Ndiaye est comme le chant tragique du conte guerrier d'un homme qui devient conscient et sujet à l'instant même où meurt son '' frère '', conscient de ce que la '' France reconnaissante et ses officiers '' attendaient des '' troupes chocolat '', de l'incitation à la barbarie ( l'invention du tirailleur '' sénégalais sauvage '' pour faire peur à l'ennemi tandis que la propagande allemande reprocha à la France d'avoir introduit avec ses '' indigènes '' la barbarie ).

Ndiaye s'est libéré de l'injonction, du respect des traditions ancestrales alors même que les usages n'ont plus court dans les tranchées ( '' Quand je sors du ventre de la terre ( la tranchée ), je deviens inhumain par choix '' ), le '' monstre Ndiaye '' de retour après chaque expédition avec une main de l'ennemi '' aux yeux bleus '' ( son rituel ) fixée sur son arme, coupée à la machette...

Douleurs portées dans une langue simple par l'auteur ( dont l'arrière grand-père fut tirailleur ), sur le ton de l'incantation, David Diop apporte un autre regard sur ce grand massacre en redonnant un visage, une voix et une humanité aux soldats envoyés à une mort certaine. Hommage donc '' sous le ciel bleu froid sillonné de métal '' à Ndiaye et Mademba et aux tirailleurs '' Sénégalais '' morts pour la France...

'' Quand on leur dit de faire les sauvages pour faire peur à l'ennemi, c'est '' oui ''. Le capitaine leur a dit que les ennemis avaient peur des Nègres Sauvages, des cannibales, des Zoulous, et ils ont ri. Ils sont contents d'oublier leur propre peur. Alors, quand ils surgissent de la tranchée leur fusil dans la main gauche et leur coupe-coupe dans la main droite, ils posent sur leur visage des yeux de fous. Le capitaine leur a dit qu'ils étaient de grands guerriers, alors ils aiment à se faire tuer en chantant, alors ils rivalisent entre eux de folie. Un Diop ne voudrait pas qu'on dise qu'il est moins courageux qu'un Ndiaye, et c'est pour ça que dès que le coup de sifflet strident du capitaine Armand le commande il sort de son trou en hurlant comme un sauvage. Même rivalité entre les Keïta et les Soumaré. Même chose entre les Diallo et les Faye, les Kane et les Thioune, les Diané, les Kourouma, les Bèye, les Fakoli, les Sall, les Dieng, les Seck, les Ka, les Cissé, les Ndour, les Touré, les Camara, les Ba, les Fall, les Coulibaly, les Sonkos, les Sy, les Cissokho, les Dramé, les Traoré. Tous vont mourir sans penser parce que le capitaine Armand leur a dit '' Vous les Chocolats d'Afrique noire, vous êtes naturellement les plus courageux parmi les courageux. La France reconnaissante vous admire. Les journaux ne parlent que de vos exploits ! '' Alors ils aiment sortir ventre à terre se faire massacrer de plus belle en hurlant comme des fous furieux, le fusil réglementaire dans la main gauche et le coupe-coupe sauvage dans la main droite. Mais moi, Alfa Ndiaye, j'ai bien compris les mots du capitaine. Personne ne sait ce que je pense, je suis libre de penser ce que je veux. Ce que je pense, c'est qu'on veut que je ne pense pas...''.

Log in to your account to post a comment.