Normal view MARC view ISBD view

Grèves : un siècle de conflits ouvriers en France / Michel Toulet et Daniel Wolfromm

Auteur principal: Wolfromm, Daniel, AuteurCo-auteur: Toulet, Michel, AuteurLangue : françaisPublication : Paris : La Martinière, 2006Description : 256 p. : ill. ; 28 x 22 cmISBN : 2732433675.Résumé: A partir d'une collection de cartes postales et d'images de différents photographes, l'ouvrage met en perspective un siècle de conflits sociaux en France. Les clichés offrent une vision du monde ouvrier et témoignent de la ferveur des luttes des classes. Explore cet univers à travers 12 dates clés..Public : Tout public.Code OPAC: LivreSignalement:
    average rating: 5.0 (1 votes)
Item type Current location Collection Call number Status Date due Barcode
 Livre Livre L'@telier

La médiathèque l'@telier vous acueille: 

le mardi de 15h à 19h

le mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 15h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

 

Adulte
Documentaire 331.89 TOU (Browse shelf) Available 4018547071
 Livre Livre Marguerite Yourcenar

La bibliothèque Marguerite Yourcenar vous accueille:

le mardi de de 16h à 19h

le mercredi de 10h à12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

Adulte
Documentaire 331.89 TOU (Browse shelf) Available 2038086071

A partir d'une collection de cartes postales et d'images de différents photographes, l'ouvrage met en perspective un siècle de conflits sociaux en France. Les clichés offrent une vision du monde ouvrier et témoignent de la ferveur des luttes des classes. Explore cet univers à travers 12 dates clés.

Tout public

Patron comment on 02/05/2018

Principale figure des rebellions politiques et sociales au XIXème siècle, les ouvriers, pas forcément rebelles mais acteurs conscients, ont dû apprendre à s'organiser face à la violence de l'industrialisation. Dureté du travail, aliéné, contraint, mercantile...violence des rapports sociaux, semaines de 65 à 79 heures dans certains secteurs ( comme la laine de Verviers ) au nom de l'intensification des efforts productifs pour conquérir de nouveaux marchés. Des journées de 14 heures pour les petites mains contribuant au revenu familial ( dans le textile en Angleterre ), avant la mise en place progressive d'une législation sociale ; 8 heures en France en 1841 pour les 8-12 ans...

De la loi Le Chapelier ( 1791 ) à celle des 35 heures ( 1998 ), de la révolte des Canuts (1831 ) aux grèves de 1995, ce sont deux siècles de révoltes ouvrières, deux siècles de législations sociales rendues possibles par deux moyens d'action : la grève ( légalisée en 1864 ) et l'action syndicale ( dès 1884 ) qui amélioreront la condition ouvrière. Deux siècles : le temps des travailleurs de l'industrie, jusqu'au déclin des années 1970, accompagné d'une perte sensible d'une conscience de classe, de la chute du Parti Communiste et de l'évolution d'un PS plus représentatif des classes moyennes, où l'automatisation et la robotisation dans les industries mécaniques ont renversé la proportion des '' cols bleus '' et des '' cols blancs '', à l'avantage de ces derniers.

A partir d'une collection de cartes postales et d' archives d'agences ( Keystone, Magnum, AFP ), le livre de Daniel Wolfroom et Michel Toulet, magnifique dans ses habits rouges, donne une vision photographique du monde ouvrier, une chronique illustrée sur un siècle ( conflits, grèves, conquêtes sociales ), de 1906 à 2003, depuis le drame des mineurs de Courrières dans le Nord ( 1099 morts ) à la liquidation de Metaleurop.

Ses photographes portent un regard plein d'empathie sur ce monde en s'inscrivant dans la grande tradition de la photographie humaniste. Des clichés montrant le caractère immuable des rites de la grève avec ses poings levés, ses scènes de solidarité, la piste de danse improvisée devant l'usine.. Des images de luttes présentées en face de conquêtes obtenues, de la journée de 10 heures en 1900 à la loi plus récente sur les 35 heures. Des images d'hommes qui lorsqu'ils revendiquent par la grève un peu plus de pain, de loisirs et de liberté deviennent pour Jaurès '' des forces de civilisation ''.

Des centaines de conflits saisis par le pharmacien ou l'épicier du coin à une époque où les journaux n'étaient pas encore '' illustrés '' de photographies. Avec ses grèves ( 567 en 1903, 1500 en 1910... ), ses métiers sales et peu gratifiants ( mineurs, métallos, cheminots...boutonniers, chaussonniers, mégissiers réclamant deux poses par jour pour se laver les mains ! ) et ses revendications classiques marquées par une constante ( l'augmentation des salaires ), véritable catalogue des malheurs de la condition ouvrière.

Des clichés de foules ouvrières solidaires qui montrent aussi l'importance de la revendication vivifiante, comme celle des 8 heures au XIXème siècle, autour de laquelle aujourd'hui, une classe salariale morcelée et précarisée pourrait se retrouver majoritairement afin d'imposer de nouveaux droits, indispensable premier pas, non seulement pour stopper les reculs sociaux depuis une vingtaine d'années mais pour refonder en actes l'espoir d'une société plus humaine et solidaire.

Avec la désindustrialisation et le déclin ouvrier, les clichés montrent le temps du désespoir d'un nouveau prolétariat, d'employés précarisés du tertiaire ( le '' Hambur grève '' de 2001, les petits boulots, étudiants pauvres, caissières, contractuels...) sous la violence d'une domination économique et sociale, dans un contexte de remise en cause des acquis sociaux, où le précariat se substitue au salariat. Le temps des dépôts de bilans ( Moulinex en 2001 ), des fermetures d'usines sans préavis ( Cellatex, Métaleurop ), où l'on menace de faire sauter les installations, de rébellions défensives succédant aux '' lendemains qui chantent '', où la révolte '' ouvrière '' ne vise plus à abolir le salariat ( il fut un temps avec un certain syndicalisme révolutionnaire et son rêve d'émancipation par la grève générale ) mais à le maintenir, non plus porteuse d'espoir mais désespérée. Et ces photographies très... '' photogéniques '' qui rendent hommage au monde ouvrier, choisies pour leur qualité plastique et leur dimension humaine montrent aussi que l'aventure de la grève, conquête de liberté et de dignité dans le monde du travail, bien que se faisant rare aujourd'hui, demeure un enjeu toujours d'actualité...

Log in to your account to post a comment.