Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le maître a de plus en plus d'humour : roman / Mo Yan ; Traduit du chinois par Noël Dutrait

Auteur principal: Mo, Yan, 1956-...., AuteurAuteur secondaire: Dutrait, Noël, TraducteurLangue : français ; de l'oeuvre originale: chinoisPublication : Paris : Points, 2006Description : 107 p. ; 18 x 11 cmISBN : 2020859564.Collection: Points, 0768-1143, 1455Résumé: Lao Ding, ouvrier de 60 ans victime d'un licenciement économique, voit naître une nouvelle Chine où priment l'initiative privée, l'ingéniosité des plus pauvres, la corruption des cadres, et le chacun pour soi. Il se tourne alors vers le marché privé du libertinage..Code OPAC: LivreSignalement: Ressources en ligne :Accès en ligne
    classement moyen : 4.0 (1 votes)
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres
 Livre Livre Marguerite Yourcenar

La bibliothèque Marguerite Yourcenar vous accueille:

le mardi de de 16h à 19h

le mercredi de 10h à12h30 et de 13h30 à 18h

le vendredi de 16h à 18h

le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

Adulte
Fiction R MO (Parcourir l'étagère) Disponible 2038212071

Lao Ding, ouvrier de 60 ans victime d'un licenciement économique, voit naître une nouvelle Chine où priment l'initiative privée, l'ingéniosité des plus pauvres, la corruption des cadres, et le chacun pour soi. Il se tourne alors vers le marché privé du libertinage.

Commentaire de Djamal
20/11/2018

Dans une entreprise en faillite, l'usine Etoile Rouge de fabrication de machines agricoles, un prolo de 60 ans ( maître Ding ), est licencié...à un mois de sa retraite, après avoir trimer pendant 40 ans.Le bonhomme s'interroge : comment rebondir ? Mais pardieu ! avec le concours de son fidèle et malin apprenti ! Ding va se trouver un job très particulier qui lui permettra de remplir ses poches de milliers de yuan...

Maître Yan perché sur son roman, bref mais plein d'humour et de tendresse, pose à travers les aventures du '' très honorable travailleur Ding '', un regard caustique et politique sur la société chinoise contemporaine, pointant la corruption et les abus des officiels dans la Chine communiste d'aujourd'hui, où l'important n'est pas la politique mais l'argent, et penché sur les travers du mâle chinois, nous rappelle le côté '' sombre '' de chacun d'entre nous...Un excellent moment de lecture ( politiquement incorrect ) d'un petit livre rouge empli de maximes chinoises. Ganxié nin de yuedu ! Mo Yan !

Extraits : '' Si l'usine en est là, qu'elle aille se faire foutre, si les vers ne meurent pas de faim sous terre, jamais nous autres de la classe ouvrière ne mourrons de faim...'' '' Les ouvriers flottants ( mingong ) sont des paysans qui se déplacent de ville en ville à la recherche d'un travail '' '' Elle avait le visage tout rouge et ses yeux brillaient de mille éclats, tels ceux d'une parole qui vient de pondre un oeuf ''.

Ayant perdu confiance dans le communisme depuis 1989 ( et la répression de Tian anmen), Mo Yan ( prix nobel de littérature 2012 ), rappelle dans ses oeuvres que toute la paysannerie ( thème central ) fut maltraitée par les communistes. Sous Mao, ce sont les campagnes qui ont payé la première industrialisation du pays tandis que de nos jours, ce sont les enfants de paysans ( les '' mingongs '' ) qui ont de fait financé et bâti le boom économique.

'' En Chine, un bon écrivain n'entre pas en conflit direct avec le gouvernement. La critique de la société doit se cacher derrière l'Histoire, derrière la langue. Bien sûr, les écrivains peuvent aussi écrire '' J'accuse '' comme Zola, mais ce n'est pas de la littérature, c'est une attitude politique d'un écrivain...''

Connexion à votre compte pour proposer un commentaire.