Recent comments Subscribe to recent comments

Le voleur de bicyclette by Vittorio De Sica, réal., scénario

Publication: FSF 2 [éd., distrib.] . 1 DVD vidéo zone 2 (1h25 min) 24

Classique parmi les classiques, le monument néo-réaliste à l'aspect semi-documentaire ( tourné dans la rue avec des acteurs non-professionnels ) sur le calvaire d'un ouvrier de 40 ans au chômage, Antonio Ricci, contraint, après avoir décrocher un boulot de colleur d'affiches, de quadriller sa ville de Rome à la recherche de sa bicyclette volée, outil indispensable pour honorer son travail. Vittorio de Sica filme l'odyssée et le chemin de croix d'un homme poursuivi par le destin s'enfonçant inexorablement dans un cauchemar sans fin, mais toujours digne devant son fils... Ce film a la puissance émotionnelle intacte, sans misérabilisme, résiste au temps qui passe ( c'est un document implacable sur l'Italie exsangue d'Après-Guerre ), comme aux chroniques sociales des quatre coins du monde ( des Ken Loach, Dardenne, Mendoza Brillante...) qui le prennent pour modèle depuis 60 ans, le drame de victimes écrasées par des règles du jeu qui leur échappent, condamnés à la solitude et l'échec. Scène finale inoubliable. Added 19/05/2018 by Djamal

No cover image available

Winter road by scénario et dessin de Jeff Lemire

Publication: Futuropolis . 1 vol. (270 p.) 28 x 20 cm

Ancien hockeyeur professionnel réduit à une loque alcoolique depuis son expulsion de la ligue pour excès de violence, Derek ( figure de colosse bourru d'un genre très tendu ) se morfond entre gnôle et castagne, dans son bled perdu de l'Ontario, bossant dans son snack pour quelques dollars, jusqu'au jour où son éclopée de petite soeur, junky-SDF, refait surface après une longue absence. Se disant que c'est l'occasion, peut-être, d'une seconde chance, il la prend en charge, s'isolant dans les bois pour la sevrer avant d'apprendre qu'un homme, l'amant qu'elle a fuie, est à ses trousses... Avec ses personnages attachants de '' damnés de la terre '', sorte de '' White Trash '' du Grand Nord, son atmosphère lourde et sa violence sourde plantées dans les paysages enneigés, son trait personnel ( aquarelle et tons pastels ), sec et rude comme ses personnages, Jeff Lémire dessine un très bel album, intimiste et dramatique, qui mériterait une adaptation ciné... Added 16/05/2018 by Djamal

12 years a slave by Solomon Northup

Publication: M. Lafon . 1 vol. (299 p.) 23 x 14 cm

Le récit de Salomon Northup, fils d'esclave affranchi ( 1808-1857 ), ayant inspiré le film de Steve McQueen, lequel dira du livre '' pleins d'aventures, d'horreurs et d'humanité '' qu'il est construit comme un scénario, prêt à être tourné. 12 années passées dans la peau d'un esclave. Propos de l'éditeur (1853) : '' Le destin de Salomon a voulu qu'il appartienne à différents maîtres durant sa captivité. La façon dont il a été traité à Pine Woods montre qu'il y a, parmi les propriétaires d'esclaves, des hommes pleins d'humanité comme des hommes cruels. Certains d'entre eux sont évoqués avec gratitude d'autres de façon plus amère. Le récit suivant sur l'expérience de Salomon à Bayou Boeuf donne une image précise de l'esclavage, avec ses bons et ses mauvais côtés. Impartial et détaché de tout préjugé, l'éditeur a eu pour seul objectif de retranscrire fidèlement l'histoire ( l'incroyable bravoure et la vie ) de Northup comme il la lui a racontée.''

'' Voici comment je devins esclave : on me drogua dans la ville de Washington et je restais inconscient pendant un moment. Lorsque je repris conscience, on m'avait dérobé mes papiers d'homme libre et on m'avait mis aux fers en route pour cet Etat. Je ne parvins pas à convaincre quiconque d'envoyer une lettre en mon nom jusqu'à maintenant. La personne qui écrit ce courrier pour moi met sa vie en péril si elle est démasquée. Cela fait longtemps que je ne vous ai pas vus et je ne sais rien de vous. Comme je ne suis pas sûr que vous soyez encore en vie, je vous écris dans le doute, contraint par cette situation qui m'y oblige. Je suis né libre mais je me trouve maintenant de l'autre côté du fleuve. Je suis sûr que vous me connaissez et à présent, je suis un esclave. Je voudrais que vous obteniez mes papiers d'homme libre et que vous me les envoyiez à Marksville, Louisiane, compte d'Avoyelle ... ". Added 16/05/2018 by Djamal

12 Years A Slave by Steve McQueen, réal.

Publication: FTD . 1 DVD vidéo (2h 09 min) 24

Le sujet traité, l'esclavage, au regard de la petite production cinématographique, semble encore un tabou dans la société américaine, '' le pêché originel de notre nation '' ( Barack Obama ) mais récemment, des films comme Django Unchained, Lincoln, Birth of Nation, annoncent peut-être son abolition dans une Amérique souhaitant vouloir regarder une partie de son histoire en face. Sujet très sensible : l'abolition de l'esclavage par le 13èm Amendement à la Constitution n'a pas mis fin à la question de la division entre noirs et blancs et il faudra attendre les années 50-60, avec le mouvement dit des droits civiques pour que la question de l'égalité soit à nouveau reposer, ce qui explique l'intérêt des réalisateurs pour la question des droits civiques plutôt que celle de l'esclavage, considérant que celle-ci ne signifiait pas la fin des problèmes pour les noirs.

Twelve Years a Slave traite, pour la première fois, du système esclavagiste en tant qu'industrie, système économique bâti sur une main-d'oeuvre servile tandis que le titre résume le calvaire vécu par Salomon Northup, noir américain né libre dans l'Etat de New-York, violoniste lettré, capturé en 1842 par des négriers pour être esclave dans une plantation de coton. Il devra son salut au courage d'un menuisier canadien itinérant qui expédia plusieurs lettres écrites par Salomon dont l'une changea son destin.

L'esclave étant considéré comme meuble, il lui était interdit d'apprendre à lire et écrire, ce qui explique la rareté des témoignages directs. L'histoire de Northup en est un, exceptionnel : quelques années avant l'abolition , il sera le premier, en 1853, à décrire dans son livre l'expérience vécue dans les plantations du Sud, comme une restitution précise de l'esclavage. 3 oscars 2014.

Added 11/05/2018 by Djamal

No cover image available

La daronne by Hannelore Cayre

Publication: Métailié . 1 vol. (180 p.) 22 x 15 cm

Couronné du Prix du polar européen 2017 (remis à l’occasion de Quais du polar), ce livre court, musclé et souvent hilarant, est le portrait désabusé d’une femme n’ayant plus rien à perdre. Traductrice, Patience Portefeux transcrit les écoutes téléphoniques, notamment pour la Brigade des Stups. C’est ici qu’elle découvre un duo de traficants marocains qui ont du abandonner leur cargaison de cannabis pour échapper à un contrôle. Ayant mis la main dessus, elle va pouvoir améliorer son ordinaire. Elle est devenue, pour ses associées comme pour la police qui la traque « la Daronne ».

 Le cynisme du personnage, son regard impitoyable sur les dealeurs à l’intellect déficient, sa relation sans issue avec un policier transi d’amour donnent de la chair à cette histoire où le suspense reste secondaire. Added 11/05/2018 by Pierre

No cover image available

Artemisia by scénario Nathalie Ferlut

Publication: Delcourt . 1 vol. (91 p.) 27 x 20 cm

Nathalie Ferlut raconte avec beaucoup de talent l’histoire de la peintre Artémisia Gentileschi qui vécut en Italie à la fin de la renaissance. Très jeune elle est violée par le peintre Agostino Tassi, engagé par son père pour lui donner des cours. Ce dernier lui intentera un procès, qu’il gagnera. Pour laver l’honneur de sa fille, il arrange un mariage avec un peintre florentin. Artemisia quittera Rome pour Florence ou elle devint peintre et fut admise à l’Académie des Arts du dessin de Florence interdite aux femmes. C’est le combat d’une femme déterminée qui devra se batte pour peindre et se faire reconnaître à une époque où les femmes n’avait pas le droit d’acheter du matériel de peinture et d’exposer leurs œuvres. Les illustrations de Tamia Baudouin sont magnifiques, avec une large palette de couleurs elle donne vie à l’Italie du XVII siècle. Une bande dessinée remarquable, qui nous apprend beaucoup de choses sur la condition féminine sans jamais être didactique. Added 09/05/2018 by Cécile

Merci patron ! by François Ruffin, réal.

Publication: Jour2fête . 1 DVD vidéo (1h 24 min) 24

Style perturbateur et potache, le '' smicard de l'Assemblée Nationale '', député- reporter soucieux des sans-grades, ( récemment un plaidoyer en faveur des femmes de ménage, 13 millions de vues ), dans un genre '' Michael Moore à la française '', d'un verbe simple, direct et tranchant, se veut vengeur des invisibles, habile communiquant qui sait choisir ses terrains médiatiques. Son premier titre de gloire : l'empereur du luxe Bernard Arnault . Son '' Merci patron '' ( succès inattendu qui aura les honneurs du New-York-Times ) est si jouissif sur le plan comique et efficace dans son combat militant qu'il devrait être projeté à tous les syndicats de France à titre d'exemple. L'idée : prendre par la ruse, le culot ( et une bonne dose de bouffonnerie ) la défense des intérêts d'une famille d'ex-ouvriers de LVMH en voie de clochardisation. Le canular de haut-vol parviendra à parasiter la communication du géant capitaliste et fera retrouver l'enthousiasme des victimes en soutirant de l'argent au numéro un mondial du luxe. Au passage, la troublante collusion du pouvoir financier et du pouvoir politique où l'on voit bien ce qui, de la grogne des chômeurs ou de l'angoisse des grands patrons, préoccupe le plus cet élu local PS. Pour sa défense, Bernard Arnault se dira victime d'observateurs d'extrême-gauche et d'une presse bien-pensante. Il n'empêche que cette diablerie de Merci patron aura peut-être le mérite de revitaliser, en ces temps de sinistrose économique, le contre-pouvoir de la presse dans des proportions insoupçonnées. Alors, si vous aimez les farces sociales, Merci patron ! le doc qui titille Bernard Arnault....

Added 05/05/2018 by Djamal

No cover image available

Dans la peau d'un noir by John Howard Griffin

Publication: Gallimard 18 x 11 cm

Un écrivain américain a eu l'idée audacieuse de se transformer en noir ( avec l'aide d'un médecin ) pour mener pendant un an (1959-1960) la vie authentique d'un homme '' de couleur '', pour vivre de l'intérieur la douleur d'une condition, observer les comportements face à l'oppression, entre haine de soi, résignation et révolte, et lutter contre l'injustice d'un système '' ( malgré la Constitution américaine ( 1788 : '' All men are created equal '' ). " Dans le Sud nous avons beau vivre côte à côte, toute communication entre les deux races avait tout simplement cessé d'exister. En fait, chacun ignorait tout de l'autre...". Chaque jour de l'expérience, il fera par écrit l'analyse immédiate de ses réactions et des événements. Un classique pour éveiller les consciences. Added 04/05/2018 by Tamara

Mr. Robot by Niels Arden Oplev, Sam Esmail, Jim McKay, Nisha Ganatra, Deborah Chow, Christoph Schrewe, Tricia Brock, réal.

Publication: Universal . 3 DVD vidéo (10 x 45 min) 24

Portrait d'un héros cumulard ( hacker génial, toxico, asocial, parano...), brillant informaticien le jour pour une agence de cyber-sécurité ( il protège les intérêts d'une puissante multinationale ), s'improvisant les nuits d'insomnie cyber-justicier en piratant les comptes d'individus jugés dangereux. L'aventure et le dilemme commence pour Elliot lorsqu'un hacker anarchiste lui propose, au nom de la liberté et de la démocratie, pour libérer les citoyens étranglés par la dette et la tyrannie des actionnaires, de faire tomber ( dans un premier temps ) la boîte qu'il est censé protéger... Salves anticapitalistes, frontière brouillée entre réel et irréel, virées oniriques et poisseuses dans les rues New-Yorkaise, la plus cyber-punk des séries se veut protéiforme : brûlot antilibéral contre la toute puissance des multinationales, critique d'une société aussi avide que déréalisée et réflexion mélancolique sur l'identité et l'ultramoderne solitude à l'heure des milliers d'amis Facebook. Mais la série n'est jamais aussi passionnante que lorsqu'elle oublie un peu le cyber-terrorisme pour mieux nous faire vivre de l' intérieur, dans les eaux profondes de la folie, sur les pas d'Elliot,l'expérience d'une psyché alternative.

Added 03/05/2018 by Djamal

No cover image available

The birth of a Nation by Nate Parker, réal.

Publication: FPE . 1 DVD vidéo (2h) 24

Référence au film de D.W.Griffith, Naissance d'une nation ( 1915 ) qui présentait la guerre de Sécession du point de vu sudiste et raciste, en faisant l'apologie du Ku Klux Klan, le film de Nate Parker est son contraire. En donnant l'opportunité de regarder l'histoire côté esclave, il propose une relecture de l'histoire américaine, rejoignant la volonté d'artistes afro-américains hostiles au '' white-washing '' ( le blanchissement ) du cinéma hollywoodien, de tenter d'en faire émerger une vision afro-américaine. Le film, puissant quoique manichéen, apparaît alors comme une représentation de l'esclavage jusqu'alors tabou démontant l'image d'esclaves dociles qui ramassaient le coton en chantant. Cette histoire vraie d'une révolte menée en 1831 avant la Guerre de Sécession par le prêcheur esclave Nate Turner, contraint à coup de sermons de contrôler les envies de révolte de ses frères, avant de retourner, las de prêcher la mauvaise parole, la violence contre ses oppresseurs, interpelle, contre les '' silences '', les oublis, les blancs de mémoire, l'histoire des Etats-Unis dans une quête de relecture nécessaire pour réconcilier la nation par delà la mémoire clivée et traumatique. Added 03/05/2018 by Djamal

No cover image available

Mort aux vaches by un récit d'Aurélien Ducoudray

Publication: Futuropolis . 1 vol. (107 p.) 28 x 20 cm

Une sympathique comédie policière à l'ancienne, histoire d'après-braquage où une bande de malfrats planquée dans la campagne, se met au vert dans la vieille ferme du cousin ( éleveur bovin ) du cerveau de la bande, recherchés par des flics un peu '' lents '' dans leur vielle Peugeot, en période '' pré- vache folle '' (1996), occasion de régler quelques comptes...Personnages hauts en couleur, en noir et blanc et répliques savoureuses façon Audiard, joyeux clin d'oeil aux '' Tontons Flingueurs '' pour un effet rétro, petit coup de jeune aux vieilles histoires de gangsters avec une fin funambulesque... Added 02/05/2018 by Djamal

Grèves by Michel Toulet et Daniel Wolfromm

Publication: La Martinière . 256 p. 28 x 22 cm

Principale figure des rebellions politiques et sociales au XIXème siècle, les ouvriers, pas forcément rebelles mais acteurs conscients, ont dû apprendre à s'organiser face à la violence de l'industrialisation. Dureté du travail, aliéné, contraint, mercantile...violence des rapports sociaux, semaines de 65 à 79 heures dans certains secteurs ( comme la laine de Verviers ) au nom de l'intensification des efforts productifs pour conquérir de nouveaux marchés. Des journées de 14 heures pour les petites mains contribuant au revenu familial ( dans le textile en Angleterre ), avant la mise en place progressive d'une législation sociale ; 8 heures en France en 1841 pour les 8-12 ans...

De la loi Le Chapelier ( 1791 ) à celle des 35 heures ( 1998 ), de la révolte des Canuts (1831 ) aux grèves de 1995, ce sont deux siècles de révoltes ouvrières, deux siècles de législations sociales rendues possibles par deux moyens d'action : la grève ( légalisée en 1864 ) et l'action syndicale ( dès 1884 ) qui amélioreront la condition ouvrière. Deux siècles : le temps des travailleurs de l'industrie, jusqu'au déclin des années 1970, accompagné d'une perte sensible d'une conscience de classe, de la chute du Parti Communiste et de l'évolution d'un PS plus représentatif des classes moyennes, où l'automatisation et la robotisation dans les industries mécaniques ont renversé la proportion des '' cols bleus '' et des '' cols blancs '', à l'avantage de ces derniers.

A partir d'une collection de cartes postales et d' archives d'agences ( Keystone, Magnum, AFP ), le livre de Daniel Wolfroom et Michel Toulet, magnifique dans ses habits rouges, donne une vision photographique du monde ouvrier, une chronique illustrée sur un siècle ( conflits, grèves, conquêtes sociales ), de 1906 à 2003, depuis le drame des mineurs de Courrières dans le Nord ( 1099 morts ) à la liquidation de Metaleurop.

Ses photographes portent un regard plein d'empathie sur ce monde en s'inscrivant dans la grande tradition de la photographie humaniste. Des clichés montrant le caractère immuable des rites de la grève avec ses poings levés, ses scènes de solidarité, la piste de danse improvisée devant l'usine.. Des images de luttes présentées en face de conquêtes obtenues, de la journée de 10 heures en 1900 à la loi plus récente sur les 35 heures. Des images d'hommes qui lorsqu'ils revendiquent par la grève un peu plus de pain, de loisirs et de liberté deviennent pour Jaurès '' des forces de civilisation ''.

Des centaines de conflits saisis par le pharmacien ou l'épicier du coin à une époque où les journaux n'étaient pas encore '' illustrés '' de photographies. Avec ses grèves ( 567 en 1903, 1500 en 1910... ), ses métiers sales et peu gratifiants ( mineurs, métallos, cheminots...boutonniers, chaussonniers, mégissiers réclamant deux poses par jour pour se laver les mains ! ) et ses revendications classiques marquées par une constante ( l'augmentation des salaires ), véritable catalogue des malheurs de la condition ouvrière.

Des clichés de foules ouvrières solidaires qui montrent aussi l'importance de la revendication vivifiante, comme celle des 8 heures au XIXème siècle, autour de laquelle aujourd'hui, une classe salariale morcelée et précarisée pourrait se retrouver majoritairement afin d'imposer de nouveaux droits, indispensable premier pas, non seulement pour stopper les reculs sociaux depuis une vingtaine d'années mais pour refonder en actes l'espoir d'une société plus humaine et solidaire.

Avec la désindustrialisation et le déclin ouvrier, les clichés montrent le temps du désespoir d'un nouveau prolétariat, d'employés précarisés du tertiaire ( le '' Hambur grève '' de 2001, les petits boulots, étudiants pauvres, caissières, contractuels...) sous la violence d'une domination économique et sociale, dans un contexte de remise en cause des acquis sociaux, où le précariat se substitue au salariat. Le temps des dépôts de bilans ( Moulinex en 2001 ), des fermetures d'usines sans préavis ( Cellatex, Métaleurop ), où l'on menace de faire sauter les installations, de rébellions défensives succédant aux '' lendemains qui chantent '', où la révolte '' ouvrière '' ne vise plus à abolir le salariat ( il fut un temps avec un certain syndicalisme révolutionnaire et son rêve d'émancipation par la grève générale ) mais à le maintenir, non plus porteuse d'espoir mais désespérée. Et ces photographies très... '' photogéniques '' qui rendent hommage au monde ouvrier, choisies pour leur qualité plastique et leur dimension humaine montrent aussi que l'aventure de la grève, conquête de liberté et de dignité dans le monde du travail, bien que se faisant rare aujourd'hui, demeure un enjeu toujours d'actualité... Added 02/05/2018

Olympe de Gouges by Elsa Solal

Publication: Actes Sud junior . 1 vol. (96 p.) 18 x 11 cm

Celle qui fut nommée la '' Mère des pauvres '' pour les avoir soutenu, pour avoir sacrifié sa vie et sa fortune, sa vie contre l'oppression masculine, sa fortune par son action humaniste, fut un modèle d'insoumission, confrontée à la violence d'un ordre qu'elle tenta de subvertir, autodidacte '' scandaleuse '' dont l'écriture protéiforme ( pamphlets, affiches, pièces de théâtre ), qui fut l' espace d'une parole à libérer et pensée libre et solitaire, lui donna, avec '' cette envie d'inventer un monde, une forme de génie ''.

C'est par son action politique, pour avoir voulu participer aux affaires publiques, pour avoir revendiquer pour toutes les femmes la plénitude des droits civils et politiques, pour avoir composé des écrits jugés '' attentatoires '' à la République par le Tribunal Révolutionnaire ( ses '' Trois Urnes '' proposèrent au peuple un référendum sur le type de régime à adopter : '' C'est vouloir rétablir la monarchie et ranimer la guerre civile ! ), et son plus beau combat, pour être entré en résistance contre le dévoiement de la Révolution par les excès du gouvernement de la Terreur de Robespierre, qu' Olympe de Gouges fut exécutée et guillotinée en novembre 1793 par le Tribunal Révolutionnaire.

Son coup d'éclat, condition d'une Constitution parfaite, face à l'injustice et la trompeuse neutralité de la Déclaration des Droits de l'Homme, son génial détournement en 91 par une version féminine revendiquant le statut d'individu égal et indifférenciée, reconnue aujourd'hui comme texte capital, fondateur du féminisme moderne. Olympe de Gouges rappellera dans sa Déclaration des droits de la Femme et de la citoyenne que si '' celle-ci a le droit de monter à l'échafaud, elle doit également avoir le droit de monter à la tribune ''

Son exécution aura été une manière de faire comprendre à cette frondeuse jugée '' dépravée '' pour avoir choisie sa vie ( elle fut hostile au mariage qu'elle considéra comme une subordination et un enfermement, réclamant l'instauration du divorce ), à cette fille de boucher surnommée la '' bâtarde '', trop jolie pour être honnête, qu'elle devait rester à sa place. '' Depuis quand est-il d'usage de voir la femme abandonner les soins pieux de son ménage, le berceau de ses enfants, pour venir politiquer sur la place publique ? ( Député Chaumette ). Un autre, pour lutter contre les ennemis de la Révolution, proposera un projet de décret contre la participation des femmes à la vie politique, exclues de la citoyenneté malgré leur implication dans la Révolution, clubs et sociétés populaires de femmes, défendues.

On la tiendra ainsi pour folle, clouée au pilori de la misogynie, accablée par ses bourreaux qui invoqueront de prétendues lois de la nature selon lesquelles les femmes en fait de création et d'expression doivent s'en tenir à la maternité. On peut penser avec Olympe de Gouges qui mériterait sûrement une place au Panthéon pour l'ensemble de son oeuvre ( dont un plan de réformes sociales et son combat contre l'esclavagisme ) qu' Il était sans doute plus révolutionnaire en son temps d'écrire les droits de la femme que de couper des têtes et faire couler le sang comme le fit magistralement Robespierre, dans sa boucherie déguisée en Tribunal Révolutionnaire, au nom de la défense de la nation contre ses ennemis intérieurs et extérieurs ...

'' Je cherche toutes ces femmes qui ont fait la Révolution et leurs droits ? Evanouies entre-temps. Où sont-elles passées, celles qui marchaient sur Versailles et celles qui ramenaient le roi à Paris ? Je cherche ces femmes qui prenaient la Bastille. Où sont-elles aujourd'hui ? La Révolution n'a rien changée et l'égalité des droits reste une utopie. Comment ai-je pu croire une seconde qu'une révolution qui exclue la moitié de l'humanité allait éclairer le monde ? Quel héritage, quelle ombre notre siècle éclairé projetterait sur l'avenir ? Comme je suis déçu se disait-elle .... ''

Added 30/04/2018 by Djamal

Iran by Firouzeh Nahavandi

Publication: De Boeck . 1 vol. (130 p.) 19 x 15 cm

Une culture millénaire, une histoire remarquable par sa continuité malgré les invasions et les convoitises des grandes puissances, 2000 ans de monarchie avant la rupture théocratique. Une position géostratégique privilégiée, plaque tournante pour les hydrocarbures. Un vaste territoire inégalement occupé par une mosaïque ethnique et linguistique. Une population jeune relativement éduquée aspirant au changement. Une théocratie constitutionnelle, mixe de démocratie et de théocratie dominée par le Guide Suprême. Une économie rentière aggravée par une mauvaise gestion et les sanctions économiques liées au programme nucléaire. Une minorité chiite dans une région majoritairement sunnite ( avec un fort sentiment d'insécurité ). Un peuple ancré dans la modernité, dynamique et créatif, ouvert aux innovations et soucieux d'ouverture.... A travers cinq chapitres, histoire, société, économie, politique et culture, l'ouvrage est une synthèse facile d'accès pour faire découvrir et comprendre un pays complexe, des monarchies pré-islamiques au retour de l' Empire Perse sur la scène internationale depuis l' accord sur le nucléaire.

L'influence actuelle de l'Iran sur plusieurs capitales du monde arabe ( Bagdad, Damas, Beyrouth ), la récente élection à la présidence au Liban de Michel Aoun facilitée par le Hezbollah chiite proche de Téhéran, le soutien à l'Irak des militaires chiites iraniens contre Daesh et l'implosion de la Syrie ont renforcé la puissance régionale d'un régime en position de force, au grand dam de sa rivale sunnite, l'Arabie Saoudite. Une incertitude cependant plane sur cette année 2018 : l'intention toute récente de Donald Trump ( ouvrant la boîte de Pandore et un grand saut dans l'inconnu ) d'abroger l'accord sur le nucléaire iranien conclu par son prédécesseur ( '' une honte pour les Etats-Unis ! l'une des pires transactions et des plus biaisées '' ). Un coup de massue pour le président Rohani, après 12 années d'âpres négociations, qui tout récemment a inauguré une centrifugeuse dernier cri en durcissant son discours...

Added 27/04/2018 by Djamal

Une métamorphose iranienne by Mana Neyestani

Publication: Ed. çà et là | Arte Editions . 1 vol. (196 p.) 25 x 18 cm

Connu de ses compatriotes pour ses dessins de presse et ses bandes dessinées humoristiques sur la société et ses dysfonctionnements, l'iranien Mana Neyestani, a vécu en 2006 une histoire invraisemblable. La minorité turcophone azérie opprimée par le régime des mollahs, a trouvé l'occasion de manifester après la publication d' un dessin dans un hebdomadaire jeunesse montrant une conversation entre un enfant et un cafard dont l'usage d'un mot azéri fut considéré, au grand dam de son auteur, comme une provocation. L' insulte de trop. Les émeutes qui suivirent furent réprimées dans le sang et le pouvoir central jugeant Mana responsable, l'expédia en geôle, dans la singulière prison 209, véritable prison dans la prison, sous la férule de la Vevak, le Ministère des Renseignements et de la Sécurité Nationale. Entre isolement et interrogatoires, le martyr vivra pendant deux mois ( dans un genre tragi-comique ), l'expérience kafkaïenne d'une mécanique répressive absurde avant d'obtenir un droit de sortie provisoire qui lui permettra de s'enfuir avec son épouse et après un long périple, de s'installer à Paris en 2010. Un témoignage saisissant sur l'efficacité et la puissance des structures de l'ombre ( appareils de sécurité et de répression ), l' Etat '' profond '', dans les régimes totalitaires. Added 21/04/2018 by Djamal

Je vous écris de Téhéran by Delphine Minoui

Publication: Seuil . 1 vol. (317 p.) 22 x 15 cm

'' Lampes qui s'éteignent, espoirs qui s'allument. Aurore. Lampes qui s'allument, espoirs qui s'éteignent. Nuit. '' ( Omar Khayyam ). Ce quatrain pourrait s'appliquer au tableau paradoxal qu'offre l'Iran d'aujourd'hui : d'un côté, comme à Téhéran, de jeunes beautés dont le maquillage mitraille les mollahs ( et leur Islam '' ras-bas-joie '' ), le '' chic chiite '' rêvant de Paris ou New-York, de l'autre, des scènes d'horreur avec son lot de pendaisons-exécutions...

Sous la forme d'une lettre posthume à son beau-père iranien ( haut-fonctionnaire sous le régime du Shah ), Delphine Minoui ( auteure des '' Pintades de Téhéran '' et des '' Passeurs de livres de Darayan '', Prix Albert Londres pour ses reportages en Iran et en Irak ), raconte à la première personne une décennie troublée ( 1997-2009 ) faite de voyages et de reportages qui lui ont permis de retrouver son '' iranité '', cette moitié d'elle même.

Avec un regard décalé, éloigné des sempiternels clichés ( Islam, terrorisme, tchador...), elle donne un portrait attachant et complexe d'un pays pétri de contradictions : des institutions démocratiques chapeautées par le pouvoir absolu d'un Guide Suprême ( le '' velayat e faghi '' institué par Khomeyni en 79 et contesté par des religieux parce que ne reposant sur aucune tradition ), les soirées clandestines alcoolisées, la culture du cannabis sur les balcons ( ou comment l'interdit rend avide de transgression), les discussions avec un gardien de la Révolution ( un bassidji ) et son épouse '' libérale '', dressant chacun son portrait de la répression, avec le fils ( démocrate ) de l'Imam Khomeyni, l'évocation de la guerre féroce à laquelle se livrent à couteaux tirés réformateurs et conservateurs, les pressions, intimidations, interrogatoires des services de renseignement...l'auteure raconte les visages multiples d'une société ultra-surveillée où les plus optimistes rêvent toujours de voir s'effondrer le régime.

Revenue en Iran en 2013 sous la présidence du '' réformateur '' Rohani ( réélu en 2017, 25 années dans l'appareil sécuritaire, un homme du système, traditionnel ' modéré '', pragmatique favorable à l' ouverture économique mais moins soucieux du respect des droits de l'homme ), Delphine Minoui semblait alors optimiste sur l'évolution du régime. S'il existe, derrière le carcan ( qui peut durer longtemps ), un renouvellement permanent de la classe politique, conservateurs d'hier devenus réformistes aujourd'hui, osant parler de démocratie dans les journaux, l'opinion iranienne semble régulièrement leurrée par le jeu électoral qui ouvre tous les quatre ans la possibilité d'une alternance, avec cette impression ( l'illusion de la réforme ? ) que rien ne change.

Les iraniens ont fait l'expérience amère et sanglante de la '' Révolution '' de 79 qui n'a pas débouché sur la démocratie. Ils en ont payé le prix fort et réalistes, ont bien vu que les '' Révolutions du Printemps Arabe '' ont conduit à des situations chaotiques ou des '' hivers islamistes ''. Malgré le pluralisme propre au chiisme dans le jeu politique, il manque à l' Iran des contre-pouvoirs ( presse libre, partis politiques, justice indépendante ) qui empêcheraient les dérives populistes et absolutistes. La jeunesse iranienne révoltée contre un régime incapable de se réformer, accroché à son histoire qu'il a fixée sur les murs, entre les mains des Gardiens de la Révolution et des manipulations habiles du Guide, veut passer à autre chose, et dans l'attente d'un processus de libéralisation de la société ( qui pourrait être favorisé par la reprise récente des relations commerciales ), elle use de compromis avec le pouvoir.

Pour conclure, une petite scène joyeuse et extraordinaire, sur le quotidien, le banal et le merveilleux, cette hallucinante description d'une soirée de miliciennes à laquelle l'auteure a participé. Elle raconte : '' Les tchadors pendaient à l'entrée comme à des potences. Leurs propriétaires étaient déjà sur la piste de dance, bodies moulants, soutiens gorges carmin sous chemisiers transparents, pantalons en faux cuir et bustiers à lacets. A l'heure du muezzin, je les ai regardées s'éclipser l'une après l'autre dans une chambre, sono éteinte pour la prière du coucher du soleil puis réapparaître sur la piste de dance comme si de rien n'était ! ''. Et d'ajouter que ceux qui avaient réprimé dans le sang la jeunesse révoltée par les élections truquées, pendant la '' Révolution verte de 2009 '', installant au pouvoir l'ultra conservateur Ahmadinedjab, étaient vraisemblablement du même groupe que ces miliciennes en pleine mue...

Added 19/04/2018 by Djamal

Les Figures de l'ombre by Theodore Melfi, réal.

Publication: 20th Century Fox . 1 DVD vidéo (2h 01 min) 24

Imaginez trois femmes noires subir la violence et l'humiliation quotidienne dans le Sud ségrégationniste, assises au fond du bus réservé aux personnes de couleur ou aller aux toilettes pour femmes de couleur, imaginez en Virginie, en 1961, trois esprits brillants, trois scientifiques noires ( trois invisibles ) vivre au quotidien les mêmes humiliations y compris par leurs collègues de la Nasa. Inspirée de faits réels, le film raconte l'histoire ( occultée ) d' afro-américaines méprisées par les cravates blancs, ingénieure, physicienne, mathématicienne de haut vol, douées pour le calcul de la trajectoire des fusées, qui joueront un rôle majeur dans la conquête de l'espace par les Etats-Unis mais contraintes de courir sous la pluie pour aller faire pipi aux toilettes réservées aux femmes de couleur ! Ce film, combat formidable pour la dignité de trois génies a comme des accents de conquête spatiale, tout simplement magnifique. Added 16/04/2018 by Tamara

No cover image available

The birth of a Nation by Nate Parker, réal.

Publication: FPE . 1 DVD vidéo (2h) 24

Cette fresque historique signé de l'acteur noir américain Nate Parker raconte l'histoire véridique d'un esclave d'une plantation de Virginie, Nate Turner, dont l'existence fut brève ( 1800-1831 ) et qui, après avoir appris par ses maîtres la lecture de la Bible, fut utilisé pour prêcher la soumission à ses frères. Plus tard, il mettra son talent d'orateur au service d'une révolte vengeresse en appliquant le principe biblique '' oeil pour oeil ...et '' qui sème le vent récolte...''. Une histoire de vengeance ( âmes sensibles s'abstenir ) montrant comment le contexte d'extrême violence exercée par des planteurs portés sur la bouteille conduira le personnage à retourner avec la même violence la Bible contre ses maîtres, et c'est comme une illustration de la dialectique du maître et de l'esclave ( théorisé par Hegel,au souvenir de cours de philo au lycée sur la dialectique maître-esclave comme moteur de l' histoire ). Passionnant.

Added 16/04/2018 by Tamara

No cover image available

Paroles d'honneur by texte Leïla Slimani

Publication: Les Arènes . 1 vol. (105 p.) 28 x 20 cm

'' Paroles d' honneur '' est l'adaptation graphique du documentaire '' Sexe et mensonges, la vie sexuelle au Maroc '', acclamé et largement couvert par les médias français, mais froidement reçu côté marocain ( Français d' origine inclus ). Critiques, insultes et remarques machistes sur les réseaux sociaux, reprochant au Goncourt 2016,en plus d'une couverture médiatique parfois simplificatrice, de se pencher sur son pays d'origine plutôt que de '' balayer devant sa porte '' en rappelant que l'oppression féminine est une réalité universelle, française et européenne ( avec une parole qui se libère depuis l' Affaire Weinstein ).

Un chercheur en sociologie à l' université de Rabat ( travaillant sur les mouvements d'émancipation individuelle ), Mehdi Alious, sans remettre en cause le fond de l'ouvrage, relève de sa lecture l'impression d'une vision éculée et misérabiliste de la sexualité dans le monde arabe alors que les sociologues eux-mêmes n'ont pas vraiment de statistiques pour rendre compte de la réalité. S'il est juste de dire que l'oppression sexiste, le contrôle social sont plus forts qu' en Europe, si les situations terribles évoquées dans le livre découlant d'une législation qui n'est plus adaptée aux moeurs sont réelles, il aurait été intéressant de montrer comment les couples contournent aujourd'hui les interdits pour s'aimer malgré tout, pour dire que l'oppression est plus souple qu'il n'y parait. Les jeunes se fréquentent dans la rue et s'invitent aussi les uns chez les autres avec l'assentiment des parents.

Autre grief, le profil des témoins, sensiblement le même, des femmes célibataires d'un certain milieu social. Pourquoi n'avoir pas élargi la parole ( en interrogeant des '' conservateurs '', y compris modérés ) pour confronter et multiplier les points de vus et montrer la complexité des situations ? Pour le sociologue '' Leïla Slimani a suscité beaucoup de déceptions chez une partie de ses lecteurs marocains francophones qui l'avaient mise sur un piédestal lors de la sortie de ses romans. Ils ont eu le sentiment que ce livre sur le Maroc ne leur était pas destiné et qu'on s'adressait plutôt à un public français en lui disant ce qu'il avait envie ou était capable d'entendre ". Added 15/04/2018 by Djamal

Le pouvoir by Naomi Alderman

Publication: Calmann-Lévy . 1 vol. (393 p.) 22 x 14 cm

Je n' ai pas boudé mon plaisir avec ce roman où le sexe dit '' faible '' n'est pas celui qu'on croit et d' ailleurs le pouvoir a-t-il un sexe ? C' est ce à quoi la britannique Naomi Alderman nous invite à réfléchir avec cette fiction largement saluée par la presse anglophone. Dans un futur indéterminé, les femmes découvrent subitement qu'elles détiennent le '' pouvoir '', investies d'une force surnaturelle. Elles peuvent, du bout des doigts, produire des électrochocs entraînant la paralysie ou la mort. D'abord perçu comme un moyen de se libérer de la domination masculine, ce phénomène va les pervertir à l' extrême. Un journaliste sud-africain, Tunde, parcourt la planète pour tenter de comprendre cette fulgurante inversion des rôles où les hommes sont devenus le '' sexe faible '' et appréhender ce nouvel ordre matriarcal qui aboutit à des dérives terrifiantes...Un livre saisissant et dérangeant qui explore habilement les mécanismes de nos sociétés, les notions de genre et de pouvoir. Added 14/04/2018 by Tamara

La tresse by Laetitia Colombani

Publication: Ed. de la Loupe . 1 vol. (339 p.) 22 x 15 cm

Laetitia Colombani a mis ses talents de scénariste ( elle est cinéaste ) au service de son premier roman qui entrelace trois destins comme des cheveux dans une tresse, en Inde, en Sicile et au Canada. Smita qui ramasse les excréments des autres refuse que sa fille connaisse le même destin. Giulia tente de sauver de la faillite la fabrique familiale de confection de perruques et Sarah, brillante avocate, cache son cancer pour continuer à exercer. Ces portraits féminins animés par une soif de liberté nous plongent au coeur de trois sociétés qui rappellent que les droits des femmes ne sont jamais tout à fait acquis. L' injustice, la maladie, les difficultés face au poids des conventions sociales, et surtout l'espoir, le courage et la détermination sont au coeur de ce récit vibrant d' humanité. Un possible best-seller qui s' apprête à être traduit dans seize langues au moins. Added 14/04/2018 by Tamara

Big Bill est mort by Wander Antunes

Publication: Paquet . 78 p. 33 x 25 cm

Deux frères, Jim et Buck, contemplent assis sur le perron de leur maison plantée dans le Sud '' joyeux '' le corps pendu de leur frère assassiné et attendent le shérif pendant que Big Bill se balance au bout d'une corde : une forte tête celui-là, un prétentieux qui refusait de courber l'échine, flambeur-séducteur doué pour se mettre à dos tout le monde, maris jaloux, joueurs truands...Qui lui en aurait autant voulu pour le charcuter ? Bientôt les deux lascars vont mener l' enquête, dans l'ambiance du Sud ( aggravée par la crise de 29 ) où il vaudrait peut-être mieux faire profil bas...Jolie couverture qui donne le ton à l'histoire, atmosphère poisseuse et décors soignés. '' Parole d'une mère: '' Nous les noirs devons faire beaucoup d' enfants...C'est comme je vous dis, pour voir si un jour, l'un d'eux arrivera à connaître des temps meilleurs...'' Added 13/04/2018 by Djamal

Sexe et mensonges by Leïla Slimani

Publication: Les Arènes . 1 vol. (188 p.) 22 x 15 cm

L'enquête menée par Leïla Slimani au Maroc sur la question sexuelle ( paroles de femmes, brutes et crues, plutôt classe moyenne éduquée ), est un concentré de témoignages puissants, éclairé par la parole d' '' experts '' ( sociologie, islamologie...) sur une situation de domination et d'oppression.

Le livre pose la question de l'appartenance du corps féminin dans la société civile, ce corps qui ne lui appartient pas parce qu'il est l' affaire de tous, frère, père, mari, famille, société, Etat, comme il pose la question du rapport à la sexualité : la difficulté pour le couple, induite par l'éducation, d'établir un rapport sain ( l'obsession de la virginité , les injonctions des écoles coraniques depuis le primaire '' Obéissez à Dieu ou vous serez puni ! '' qui conduiront plus tard au refoulement du désir ). La question de la responsabilité de l' Etat sur une situation schizophrénique. L' Etat qui légifère ( son code pénal incriminant les relations sexuelles hors-mariage, l' avortement sous condition, l'homosexualité, comme moyen de surveillance et de contrôle du corps ) et qui en même temps, souhaite se moderniser sans résoudre les questions tabous de la sexualité. L'hypocrisie instituée d'une société bipolaire ( d'où le titre '' Sexe et mensonges '' ) qui n'est pas prude mais qui s'empêche, où ces femmes composent, entre tartufferie et conservatisme, entre la volonté de s'affranchir des structures traditionnelles et la crainte par émancipation, de provoquer leur effondrement, La question du rapport entre religion et sexualité pour rappeler que l' Islam fut culture de l'érotisme et célébration de l'autre et que le sexe et la jouissance sont aussi légitimes et nécessaire que le Texte Sacré.

Malgré l' évolution de la société et les avancées législatives ( la question de la sexualité n' est plus aussi tabou, les marocains ( jeunes en particulier ) supportent moins l' hypocrisie et la langue de bois...), le corps de la femme reste contraint par le groupe. Avant d'être un individu, elle reste une mère, une soeur, une épouse, garante de l'honneur familial et de l'identité nationale, où sa vertu reste un enjeu public ( en 2015, le film Much Loved, l'envers du décor de la société marocaine à travers ses prostituées, avait provoqué les foudres des autorités ).

En souhaitant sa réhabilitation ( d'une manière générale dans les sociétés musulmanes ), Leïla Slimani imagine une citoyenne affranchie de la norme et de la tradition, dégagée de l'emprise d'une lecture biaisée et anthropologique de type misogyne de l' Islam rêvé comme éthique de libération au lieu de morale rigoriste, mais cette émancipation doit passer par la conscientisation de leur état d' infériorité dans lesquelles elles sont maintenues et que, par conditionnement, elles perpétuent.

L' anthropologie a montré que l'exclusion repose déjà sur une représentation de la hiérarchie et des rôles des sexes dont les racines sont très anciennes et la portée universelle. Les régimes autoritaires du monde Arabe ( obsédés par le pouvoir et le contrôle ) savent aussi composer, en cultivant le deal avec les bigots qui n' oublient jamais de rappeler sur l'espace public, en imposant les termes du débat sur la sexualité, au nom de Dieu, de la Différence, de la Vertu ou de la Culture ( le prétexte culturaliste dont s'emparent certaines élites occidentales par compassion envers les victimes coloniales ) que la femme doit rester un bien public. L' inquisisition permanente contre le corps. Ceux-là savent aussi par une ruse du langage, transformer à leur avantage, auprès de l' opinion, des expressions comme '' défendre le droit du sexe '' en défense des valeurs de l' Occident '' impie et ennemi ''.

Leila Slimani rappelle enfin le poids de la colonisation puis de l' hégémonie occidentale sur la mentalité viriliste et dominatrice des hommes qui, par peur de l'inconnu, s' accrochent à un modèle traditionnel. S' il n'a pas de travail, il peut toujours épouser une vierge, tenir un foyer et avoir une femme vertueuse. '' On fait peser sur les Maghrébines ces humiliations successives et le besoin de restaurer l' honneur de nos sociétés. C'est lourd et injuste. Et comme l'Etat ferme les yeux sur certaines choses, il y a des violences terribles parce qu'on veut faire justice soi-même, en particulier contre les homosexuels... ''. Et c'est parce qu'ils sont castrés dans leur présence au monde, que ces hommes se vengent '' par l'excision juridique, sociale et physiques des femmes...

Added 13/04/2018

Loving by Jeff Nichols, réal.

Publication: Studio Canal . 1 DVD vidéo (1h 58 min) 24

En 1958, aux Etats-Unis, Mildred et Richard loving veulent se marier pour célébrer leur amour. Mais elle est noire et il est blanc et la ségrégation raciale en vigueur interdit leur union et les menace d' emprisonnement... Inspiré d' une histoire vraie, Loving est une histoire de violence ( le '' racisme d' Etat '' lorsque les institutions ( justice, école ) soutiennent et confortent la ségrégation ; la question noire comme l'épine fichée au pied de la démocratie étatsunienne ) et le combat bouleversant d' un couple qui le mènera devant la Cour suprême en 1967. Mise en scène un peu statique mais le film est passionnant et émouvant. Un demi siècle plus tard, les discriminations subsistent, le combat du droit continue... Added 11/04/2018 by Djamal

No cover image available

Quand Dieu apprenait le dessin by Patrick Rambaud

Publication: Grasset . 1 vol. (279 p.) 21 x 13 cm

Commerçant vénitien réputé, Rustico arpente le continent européen pour vendre aux « barbares » francs ses épices, soieries venues d’Orient et s’approvisionner en esclaves destinés au marché égyptien. Mais la ville de Venise veut s’émanciper de la papauté . Pour cela, il lui faut les reliques d’un saint digne de ce nom. Le conseil municipal va dont mandater Rustico, accompagné du tribun Marino Bon d’aller « récupérer » la dépouille de Saint Marc qui est conservée à Alexandrie.

Patrick Rambaud nous propose ici une vision de l’Europe moyenâgeuse plongée dans la dévotion chrétienne extrême et les superstitions . Pas besoin d'être passionné d'histoire pour apprécier cette satire savoureuse , le récit romancé permet à chacun de se prendre au jeu de cette aventure rocambolesque . Added 07/04/2018 by Pierre

Marguerite by Xavier Giannoli, réal.

Publication: FTD . 1 DVD vidéo (2 h 09 min) 24

Paris années 20. La baronne Dumont, diva excentrique passionnée d'opéra, excelle dans l'interprétation toute personnelle de Brahms ou Mozart avec dans sa voix '' une vérité humaine qui déchire le coeur ''...La vérité étant qu'elle beugle '' comme mille porcs '' avec cette sensation d'exorciser un démon intérieur et les mondains de la bonne société, autour d'elle, parce qu'elle est riche, feignent d' apprécier, poussant le vice jus qu'à l'encourager. Son mari, lucide, appréhende, inquiet puis angoissé lors qu'elle souhaite dans les règles de l'art se produire en public, à l'Opéra...Inspirée d' une histoire réelle ( l'Hénaurme Florence Foster Jenkins, 1868-1944 ), la transgressive Marguerite est la comédie cruelle et tragique d' une femme passionnée, artiste ratée mais avec une belle âme, une âme d'artiste, sa fragilité et sa foi dans un univers de faux-semblant peuplé de vautours où le mensonge permet aussi de sublimer la vie. Catherine Frot ( césar 2016 pour sa composition ), superbe de fraîcheur et de spontanéité en diva punk avant l'heure, dans un film qui interroge la définition de l' artiste. Appréciez dans les archives l'indicible castafiore chanter ou ( au choix ) massacrer Bach ou Mozart ( Queen of the night, Valse caressante ...). Irresistible !

Added 07/04/2018 by Djamal

No cover image available

Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? by scénario Dorothée Werner

Publication: Rue de Sèvres . 1 vol. (96 p.) 22 x 16 cm

Une sympathique petite histoire de la condition féminine pour comprendre pourquoi depuis la Préhistoire les inégalités entre les hommes et les femmes ont toujours existé. Une histoire brève avec une mise en page aux allures de frise chronologique pour ( re) découvrir les dates clés ayant marqué l' évolution des droits de la femme. Une histoire drôle et instructive sur l'absurdité d'un déséquilibre et l' injustice d' une situation. Une histoire optimiste pour dire le chemin parcouru depuis un siècle face à la domination patriarcale, le combat de femmes qui ont su résister et désobéir. De l'Antiquité à l'affaire Weinstein, avec un état des lieux aujour d' hui, pas très joyeux, en France et dans le monde, une petite histoire pour dire aussi que la '' guerre des sexes '' est toujours d'actualité...A mettre entre toutes les mains pour repartir sur de bonnes bases . Added 05/04/2018 by Djamal

Ali Blabla by Emmanuel Trédez

Publication: Didier Jeunesse . 1 vol. (192 p.) 22 x 15 cm

Ali Blabla Auteur : Emmanuel Trédez A partir de 9 ans

J’ai bien aimé la version romancée du conte Ali Baba . Très bien écrit avec beaucoup d’aventures et rebondissements de l’histoire. En le lisant je me suis retrouvée dans le film «  les nouvelles aventures D'Aladin » et je n’ai pas quitté ce roman j’avais hâte de découvrir la fin de l’histoire.

Je le conseille aux lecteurs qui aiment l’humour d’Ali Baba et Aladin.

Lu par Rouzouna

Added 04/04/2018 by Rouzouna

Chère Ijeawele, ou Un manifeste pour une éducation féministe by Chimamanda Ngozi Adichie

Publication: Gallimard . 1 vol. (77 p.) 19 x 12 cm

Une litanie de suggestions sous forme de missive pour une amie souhaitant éduquer sa fille qu' elle vient de mettre au monde '' selon les règles de l' art du féminisme ''. 15 conseils pratiques pour déjouer les pièges du sexisme, pour vivre '' libre '', en personne '' pleine et entière '' : ne pas se soucier de plaire mais être soi, avoir conscience de l' absurdité du rôle des genres, apprendre à questionner les mots qui sont le réceptacle de nos présupposés, croyances et préjugés, comprendre et questionner le monde, éduquer à la différence dans un monde de diversité, adopter le meilleur de la culture igbo, ne jamais présenter le mariage comme un accomplissement, se méfier '' du féminisme light '' qui fixe des conditions à l' égalité entre hommes et femmes....

Le manuel est pratique, bref, vivant, subtil, drôle, facile d' accès, nourri de l' expérience de l' auteure nigériane, avec l' impression pourtant ( peut-être intentionnelle pour rester dans la simplicité, loin de l' érudition de manuels qu' Adichie trouve '' ennuyeux '' ) de rester à la surface des choses. Exemple sur l' invention du rôle des genres : s' insurgeant contre les magasins proposant des vêtements aux tons bleu pour les garçons, roses pour les filles : '' Je ne peux m' empêcher de m' interroger au sujet du petit génie du marketing qui a inventé cette distinction binaire ''. Point. Rien contre les prescriptions ultra-sexuées des ( grandes ) entreprises, du monde de la publicité induit par le capitalisme ( patriarcal ) contemporain, contre les lois du marketing qui ( selon l' âge, le sexe, la condition sociale ) nous dominent et déterminent. D'où l' impression d' un manifeste gentillet pour tous qui, s' il encourage l' égalité des sexes, ne dérangera pas l' ordre sexiste des choses. Added 30/03/2018 by Djamal

ˆLa ‰rage du dragon by Guillaume Guéraud

Publication: Ed. Sarbacane . 1 vol. 21 x 15 cm

J’ai trouvé ce livre original de par sa présentation ainsi que son contenu. Il est illustré de façon tonique, et emprunt d’humour. Vraiment sympathique…

Votre bibliothécaire du Medi@club Added 21/03/2018 by Nathalie

Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket by illustrations Seth

Publication: Nathan Jeunesse . 1 vol. (256 p.) 21 x 14 cm

Il y a beaucoup de suspens dans ces questionnements qui s'enchainent. J'y ai trouvé aussi de l'humour et de la légèreté. En bref, un livre très plaisant!

Votre bibliothécaire du Medi@club Added 21/03/2018 by Nathalie

Trop fort, Victor ! by Mikaël Ollivier

Publication: T. Magnier . 1 vol. (43 p.) 15 x 11 cm

J'ai bien aimé ce récit enlevé à l'écriture fluide et percutante, permettant de rentrer rapidement au cœur de l'action.

Votre bibliothécaire du Medi@club. Added 21/03/2018 by Nathalie

La grande rivière by Anne Rossi

Publication: Magnard jeunesse . 1 vol. (159 p.) 22 x 14 cm

Récit d'aventures très bien ficelé, réflexions très aboutie sur la tolérance, la différence, l'envie d'échapper à son destin. Votre bibliothécaire du Medi@club Added 21/03/2018 by Nathalie

Privée de réseau ! by Jo Witek

Publication: Père Castor-Flammarion . 1 vol. (233 p.) 20 x 15 cm

C'est un roman aussi drôle et espiègle que son héroïne! Celle-ci va apprendre à ses dépens que son Q.I super élevé de Parisienne ne lui sera d'aucun secours au fin fond du Larzac. Va-t-elle survivre à cette punition imposée par ses parents?

Votre bibliothécaire du Medi@club. Added 21/03/2018 by Nathalie

ˆLe ‰plus envoûtant des secrets by Franck Krebs

Publication: Hachette . 1 vol. (204 p.) 22 x 14 cm

Beaucoup d'humour dans cet ouvrage. Il se lit facilement. Les chapitres sont courts, et l'écriture enlevée et percutante.

Votre bibliothécaire du Medi@club. Added 21/03/2018 by Nathalie

Nous sommes tous des féministes | ˆsuivi de ‰ˆLes ‰marieuses by Chimamanda Ngozi Adichie

Publication: Gallimard . 1 vol. (87 p.) 18 x 11 cm

Ce petit texte est une version modifiée d' une conférence donnée en 2012 sur des thèmes touchant l' Afrique. Couverture tape à l'oeil , titre ( traduire : '' WE should be all feminist '' par '' Nous devrions tous être féministe '' ) proposé comme une promesse à venir. Des rêves d' égalité. Chimamanda Adichie s' appuie sur son expérience au Nigéria pour dénoncer ( anecdotes à l' appui avec le sens de l' humour et des mots simples ) les mécanismes de conditionnement d' une société qui exacerbe les différences biologiques, les stéréotypes de genre ( hommes forts/ femmes faibles ) induites par l' éducation, à l' origine de leur ancrage profond. Il s' agit pour l' auteur de désapprendre en luttant contre l' intériorisation des pratiques liées au genre et contre les déterminations sexuelles pour ne plus dicter à une femme ce qu' elle doit être .

Chimamanda veut rassurer sur un concept '' épineux '' parce qu'il remet en cause un statut quo, chargé de connotations lourdes et négatives. Sa définition ( avec ses termes : '' mouvement, militant, amélioration, extension, rôle, droits, égalité et ...isme, ) fait peur à certains. Telle universitaire nigériane lui affirmant que le féminisme est étranger à la '' culture africaine '', tel proche faisant le lien entre féminisme et haine des hommes. '' Pourquoi ne parlez-vous pas de votre expérience en tant qu' être humain, en affirmant que vous croyez aux droits de l' homme tout simplement ? ''. Parce qu' il s' agit d' une discussion sur la question du genre, de condition féminine, d' oppression et d' exclusion touchant les femmes.

Le bon sens voudrait qu' un tel mouvement ne devrait pas exister si l' on regarde bien ce qu' elles sont au départ, comme un homme, un être humain...Avec ce bon sens ( la liberté et le désir de vivre tout simplement en tant que moi singulier ), certaines pourraient se dire ce qu' elles font dans cette '' galère formelle idéologique ''...Et c' est le souhait de faire en sorte que la question du féminisme ne se pose plus ( un jour ) pour passer à autre chose...

Une question se pose pourtant concernant les rapports de domination que madame Adichie semble ignorer : le féminisme ne risque t- il pas de conduire à une impasse s' il n' interdit pas les rapports de domination ? ( Quid du rapport entre féminisme et luttes des classes ? ). Que penser de l' exploitation des femmes par elles-mêmes ? La question de la fin de l' oppression, quelle qu' elle soit, ne passe-t-elle pas par la libération de toutes les personnes exploitées ? S' agit-il de lutter contre le patriarcat seulement ou contre le capitalisme aussi ? La question de l' importance du geste, des actes et de la réflexion : le féminisme empêchera t-il à une femme de polluer, abuser, exploiter, dominer, détruire comme un homme ou en lui ôtant un peu de sa place ? Enfin, la question de l' émancipation des femmes doit-elle être conçue et comprise dans le problème plus général de la personne humaine ? La dessus Chimamanda Ngozi Adichie ne dit absolument rien. Added 19/03/2018 by Djamal

Chronique du 115 by texte et dessin Aude Massot

Publication: Steinkis éditions . 1 vol. (113 p.) 28 x 21 cm

Un excellent reportage sur le rôle et l ' histoire des secours d' urgence sociale. Aude Massot réussit à synthétiser en image et en récits un discours complexe nourrit d' interviews avec le fondateur Xavier Emmanuelli, connu ( par Médecins sans frontières ) pour son action dans l' humanitaire. Le principe est simple et révolutionnaire : prendre en charge les personnes en détresse sociale, en '' situation de rue '' dans des centres d' hébergement d' urgence fonctionnant comme un hôpital hors les murs. L' auteur revient sur le parcours professionnel et politique du médecin et le contexte dans lequel s' est formée l' association d' aide aux plus démunis. Elle aide à voir ce qu' elle offre comme perspectives, interroge le concept d' exclusion ( est-elle forcément synonyme de misère, pourquoi la société crée de l' exclusion, l' importance du lien dans l' exclusion ...), et pour être au plus près de la structure, s' immerge dans le quotidien des équipes, en l' interrogeant, accompagnant les maraudes sur le terrain, dans les rues de Paris pour porter secours aux naufragés.

Aude Massot y rencontre des profils, des personnalités, des situations variées, des gens qui ne demandent rien. Certains en situation de perte totale d' autonomie au point d' en oublier leur propre douleur accepteront l' accompagnement, d' autres refuseront les soins ( car refuser de se faire aider est aussi un droit ), ceux qui, par exemple, pour avoir connu l' insalubrité et la violence dans certains centres d' hébergement d' urgence, préféreront rester dans la rue.

Avec le talent du reporter et parfois sur le ton de l' humour, Aude Massot, a su mettre en perspective, à travers son enquête, les propos du fondateur du Samu, et dans un langage simple, à expliquer concrètement l' exclusion, à dire l' essentiel de ce qu' elle a vu et ressenti .Peut-être un ouvrage de référence pour les équipes médico-sociales travaillant sur le terrain, à valeur pédagogique pour ceux qui voudraient mieux comprendre le Samu.

'' Selon les ethnologues, chaque être humain est structuré par quatre grands codes essentiels et archaïques : le corps, le temps, l' espace, l' altérité. Le corps. Dès l' enfance, tu es façonné par le regard et le toucher d' un parent. Quand tu communiques avec quel qu' un, tu penses qu' il a une représentation de toi qui est différente de celle que tu as de toi-même... Entre soi et les autres, il y a une sorte de fantôme de soi '' Ce que je crois que tu crois de moi ''. Il n' y a jamais d' objectivité entre les gens. On a une image de soi et on en fait la promo. Voilà pourquoi les hommes d' affaires mettent des costumes. Mais quand tu es exclu, plus personne ne te regarde. Tu ne peux plus d' auto-séduire dans les yeux des autres. Ta propre image se dégrade, tu n' es plus quel qu' un mais un clochard. Tu te sens donc invisible aux yeux des autres et, par conséquent, tu deviens invisible à tes propres yeux. Ton énergie te quitte et tu te vides de ton charme. C' est à ce moment que les pathologies se développent. Et comme disait ce cher vieux Lacan, '' Quand la bouche ne peut pas parler, c' est le corps qui parle. Tu plonges dans les addictions pour oublier ta souffrance, et ton physique se dégrade. Absent de ton corps, tu ne comprends plus ta douleur, tu refuses les soins et tu sombres dans une lourde dépression...'' Added 19/03/2018 by Djamal

Density by scénario Lewis Trondheim

Publication: Delcourt . 1 vol. (99 p.) 27 x 18 cm

Un '' Passe-Muraille '' fantastique version comics avec une héroïne ( Super-Chloé ) comme figure centrale...dans l' industrie phallocrate où le super héros viril et surpuissant tient souvent le haut du pavé et la dame... '' sous-employée ''. Histoire légère, sympa et drôle ( en trois tomes ) d' une jeune femme du 21 èm siècle ) qui doit sauver la Terre d' un danger extra-terrestre avec ce pouvoir ( attribué par un alien ) de modifier sa densité corporelle. Added 17/03/2018 by Djamal

Betty Boob by scénario Véronique Cazot

Publication: Casterman . 1 vol. (179 p.) 31 x 23 cm

Ce n' est pas trop le genre de BD que j' affectionne mais une camarade de classe me l' a conseillée pour ce qu' elle raconte, le graphisme et l' aspect comique et effectivement j' ai passé un très bon moment de lecture. C' est vif et très joyeux, peu dialoguée comme un clin d' oeil au cinéma muet alors que le sujet traité est grave ( le cancer et son après surtout sur la vie de l' héroïne, Betty Boop ). Elle sait rebondir malgré l' ablation, la perte de son travail et de son compagnon, malgré les épreuves. Elle va pouvoir se reconstruire au contact de personnes qui lui ressemblent ( disons '' hors-norme '' ) dans une troupe de spectacle et La BD est comme une invitation à la tolérance, à accepter l' autre et soi-même avec ses '' défauts '' ou ses '' particularités '' . C' est très optimiste et le dessin plutôt expressif est superbe. Added 16/03/2018 by Jassem

Betty Boob by scénario Véronique Cazot

Publication: Casterman . 1 vol. (179 p.) 31 x 23 cm

A la question grave : peut-on rire du cancer ? Betty Boop répond : certainement ! Avec un sens de la dédramatisation et une bonne dose d' auto-dérision ! ... sans rien cacher de la souffrance. J' ai tout perdu, un sein, mon job et mon homme...L' ablation de mon sein gauche a fait de moi une '' paria '', une non-conforme '' dans le regard des autres ce qui ne m' a pas empêchée pour autant ( certes, après quelques larmes et une descente aux enfers ) de rebondir, de swinger et de pétiller ! Message d' espoir adressé à ceux et celles qui ont chopé le crabe : il faut continuer de vivre et s' engager à corps et... à '' sein '' perdu. L' exaltée et truculente Betty Boop est joyeusement cartoonesque, clownesque et débordante d' énergie, avec une belle maîtrise technique : découpage dynamique, multiplication des plans, trait expressif des personnages, deux trois couleurs par page, pas plus ), sans dialogues ( ou presque ) comme un hommage aux films muets d' antan. A travers l' histoire optimiste d' une reconstruction ( une rencontre salutaire avec une troupe de spectacle ), c' est une belle leçon de vie et un tendre portrait de femme qui garde espoir, envers et malgré tout. Galvanisant, exubérant et ( à l' image de la couverture et du personnage ) flamboyant ! Prix de la BD Fnac 2018. Après les larmes, '' place à la fête et aux paillettes ''!

Added 15/03/2018 by Djamal

En chemin elle rencontre... by préface Moïra Sauvage

Publication: Amnesty international | Des ronds dans l'O . 1 vol. (84 p.) 30 x 23 cm

En chemin elle rencontre....est un témoignage des visages multiples de la violence quotidienne exercée sur les femmes dans le monde, une aventure humaine soutenue par Amnesty International qui oeuvre pour le respect, la défense et la promotion de tous les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l' homme de 1948. Chaque page est un hommage à une femme. Histoires vécues, racontées, collectées par des associations proches de femmes qui se confient, illustrées et soutenues par l' engagement d' artistes talentueux. Une histoire en trois volumes : contre les violences faites aux femmes ( 1 ) pour le respect de leurs droits ( 2 ) et pour l' égalité homme-femme ( 3 ).

Il s' agit dans cette partie de rappeler la violence des inégalités ( économiques, politiques, professionnelles ...) comme la violence insidieuse, liée au langage, au sexisme ordinaire, aux déterminations sexuelles, au poids des stéréotypes.. La liste est longue si l' on ajoute toutes les formes de violence subies ( dans le monde ) parce qu' elles sont femmes : conjugale et culturelle, violence du crime organisée et crime d' honneur, violence de la traite humaine et prostitution forcée...Mysoginie, sexisme, antiféminisme...les auteurs passent au crible pour dénoncer les discriminations du système patriarcal et la domination masculine à tous les niveaux avec le souhait d' en venir à bout : des rêves d' égalitarisme et d' humanisme.

Petite devinette : Sur 301 stations de métro à Paris, 3 seulement portent le nom d' une femme dont deux le partagent avec un homme : Pierre et Marie Curie ( ligne 7 ) et Barbès-Rochechouart ( ligne 2 et 4 ), nom tiré de la contraction de Armand Barbès et Marguerite Rochechouart de Montpipeau. Une seule station de métro porte le nom d' une femme à Paris. Laquelle ? Réponse : Louise Michel...

Added 08/03/2018 by Djamal

La Vache by Mohamed Hamidi, réal.

Publication: Pathé . 1 DVD vidéo (1h 28 min) 24

Fatah, paysan algérien extrêmement sympathique, n' a qu' un rêve : présenter sa vache Jacqueline au Salon de l' Agriculture et l' invitation qu' il reçoit un jour devant les villageois stupéfaits lui fait entamer son odyssée : le '' bled '', Marseille, la France profonde, Paris. Là, commence un joyeux road movie, touchant comme son personnage. On pense à la Vache et le prisonnier en variante moderne et féerique. Féerique, c' est le mot : comme la bonté fleurit sur son chemin au hasard de ses rencontres ! Saint- Fattah dans un univers rose bonbon ! Voilà de tendres ruraux ignorant le racisme et l' intolérance, loin de la morosité du quotidien, de la sinistrose, du conformisme du déclinisme, des tentations de repli sur soi, des craintes de l' avenir !.. filmés comme de grands affectueux, attentionnés tout plein. On croit voir un portrait idyllique ( ou caricatural ) d' une France ouverte et généreuse, on sourit d' un conte de fée pleins de bons sentiments, on passe un bon moment et pour le réalisateur, traduire peut- être et comprendre : des rêves de fraternité. Added 06/03/2018 by Djamal

No cover image available

Jeanne et le London mystery by Claudine Aubrun, Stéphanie Benson

Publication: Syros . 1 vol. (66 p.) 18 x 12 cm

Roman 8 ans écrit par Claudine Aubrun, illustré par Stéphanie Benson Edition Syros Collection Tip Tongue Jeanne a gagné un concours d'écriture: Elle ira passer avec sa mère trois jours à Londres, chez la célèbre romancière « Dorothy Stone ». Mais comme Dorothy est occupée, par son nouveau roman elle n'a pas le temps pour aller voir la fillette. Lors de son séjour, Jeanne découvre plusieurs messages secrets cachés sous une pierre, Mais ces messages sont écrits en anglais...Va-t-elle les déchiffrer ? Ces messages vont-elle l'emmener à découvrir un secret ? J'ai beaucoup aimé cette histoire. Il y avait du suspens. L’histoire est bien écrite, les illustrations sont magnifiques. Je vous recommande ce livre si vous voulez améliorer votre anglais.Je vous propose cette histoire mystérieuse. Proposé par votre medi@clubbeuse Suganya Added 06/03/2018 by Rouzouna

Le secret de Lucy by une bande dessinée de Raina Telgemeier

Publication: Gallimard-Jeunesse . 1 vol. (140 p.) 21 x 14 cm

L’histoire tourne autour d’une nouvelle agence de baby-sitters qui est plus grande que celle du 1 er club … Il va y avoir de la concurrence !… Lucy souffre d’une maladie et va parler à ses amies de la raison de son déménagement. J'ai bien aimé ce 2éme tome qui est intéressant, le courage de la jeune fille qui se bat en silence, mais chut... vous en saurez davantage en le lisant... Lu par Rouzouna: Référente medi@club Added 06/03/2018 by Rouzouna

L'idée géniale de Kristy by une bande dessinée de Raina Telgemeier

Publication: Gallimard-Jeunesse . 1 vol. (180 p.) 21 x 14 cm

L’histoire se passe aux États-Unis. Kristy habite avec sa mère divorcée qui vit seule avec ses enfants. Elle entre en classe de 5ème. Pour qu’elle puisse gagner de l’argent de poche, Kristy fait du baby–sitting. Elle a l’idée de rassembler ses amies pour qu’elles puissent travailler ensemble. J’ai bien aimé la façon dont c’est écrit et je trouve que les illustrations sont bien réussies. Je vous le conseille. En voici un extrait : « Bonjour je suis Kristy Parker, je viens de regarder Max et Puc. C’est super bien rangé ici ! Incroyable ! Où sont Puc et Max ? Oh !!…dans la buanderie !! La buanderie??! Ils sont un peu turbulents ! Ohhhhh ça, j’ai l’habitude ». A votre avis qui sont Puc est Max ? Je vous laisse découvrir la suite qui est vraiment très étonnante … Lu par Rouzouna: Référente medi@club Added 06/03/2018 by Rouzouna

Elvide et Milon by une histoire d'Eric Senabre

Publication: Didier Jeunesse . 1 vol. (44 p.) 28 x 28 cm

C’est une histoire poétique d’un jeune homme qui s’appelle Elvide .Il tombe sous le charme d’une jeune femme, Milon. Elle lui lance trois défis. Le jeune homme va s’aventurer dans l’Univers, courir des dangers... Va t’il réussir à relever les défis ?!! Ce conte est bien écrit avec une facilité de compréhension. Je vous le conseille et vous propose d’ écouter le chapitre trois qui est le deuxième défi. Lu par Rouzouna: Référente medi@club Added 06/03/2018 by Rouzouna

ˆLes ‰putes voilées n'iront jamais au paradis ! by Chahdortt Djavann

Publication: Grasset . 1 vol. (204 p.) 23 x 14 cm

Religion, sexe et violence dans un récit parsemé de cadavres de prostituées. Dès les premières pages, pour donner le ton, le corps d' une femme étranglée sous son tchador. Le sujet, une réalité condamnée par la loi mais tolérée par le pouvoir. Dans la ville sainte de Mashad au Nord-Ouest de l' Iran, au début des années 2000, un tueur en série ( maçon de profession, marié et père de trois enfants ) assassine 16 prostituées au nom d' une morale sexuelle ( prônée par le Régime ), se donnant pour mission ( et son '' devoir '' de croyant ) de nettoyer la ville sainte de la perversion ( le Fessad ), et bien que considéré comme un héros et soutenu par sa famille, il sera jugé et exécuté. Petite nuance : celui qui élimine la souillure ne peut être condamné par le Régime une fois doté, par un mollah, de la faculté religieuse de déterminer que le sang d' une prostituée est '' mahdourodam ", sans valeur...

Inspiré d' un documentaire réalisé par une amie évoquant ces meurtres, le livre de Djavann entremêle, entre réel et fiction, le destin de deux jeunes filles de grande beauté nées dans un bidonville près de Mashad, Soudabeh et Zarah, séparées à 12 ans ( mariage forcée pour l' une et fugue pour l' autre ) et la parole posthume de prostituées assassinées ou lapidées. Femmes mal-nés, malmenées, mal lotis, écorchées vives d' une société hypocrite et corrompue, '' criminelle jusque dans sa pudibonderie '', réprimant et assassinant sous le voile. Elles se racontent ( comme un face-à-face entre elles et le lecteur ) dans une langue parfois crûe et scandaleuse : leur vie, leur passé, sentiments, souffrances, révoltes, doutes, joies et désir, telle cette '' effrontée '' invoquant un verset du Coran pour justifier son amour du sexe ou telle autre incriminant Dieu d' en être le fautif...

Témoignage aussi d' une condition féminine : les femmes n' existent, dès l' âge de 13 ans, que pour assouvir les désirs sexuels masculins dans un pays où la pédophilie n' est pas un crime lorsque de nombreuses familles pauvres ( ou appauvries par les sanctions économiques - 90 % de la population ) se débarrassent de leurs filles des l' âge de sept-huit ans pour des époux six ou sept fois plus âgés : ce sera toujours une bouche de moins à nourrir...

Djavann donne la parole à ces femmes mortes, étonnantes et fières, pour dire aussi l' obsession maladive des '' islamistes '', la haine du corps et du désir qui les attire et les épouvante à la fois, une tartuferie criminelle derrière l' idéologie réduisant les femmes en objets sexuels dans des régimes possédant leurs propres réseaux de prostitutions.

'' Mais qui a fait de ce pays un bazar à putes ( Sara assassinée à Téhéran - 2013 ). Plus les mollahs interdisent, plus les jeunes deviennent avides. Faites un tour en ville, à pied ou en voiture et vous verrez qu' en moins d' une minute, vous pouvez ramasser dix filles..''

Added 05/03/2018 by Djamal

Purgatoire by Christophe Chabouté

Publication: Vents d'ouest . 64 p. 32 x 24 cm

Une vision du Purgatoire par Chabouté ( en trois tomes ) qui goûte aussi bien au fantastique urbain que rural. Ligne toujours sombre, un peu de couleur ( rare chez l' auteur, tons brun-marron ), du texte sans être bavard, du fantastique dans le quotidien et une bonne dose d' humour noir. Purgatoire volume 1 ou l' histoire d' un bienheureux ( pour un jour ) d' avoir hérité d' une tante inconnue ( la fin des problèmes ), fraîchement installé dans le pavillon qu' il assure aussitôt. Hélas ! Pas le temps de savourer : du jour au lendemain, un incendie lui fait tout perdre, largué dans la rue et trois fois malheureux : face à l ' horreur urbaine, une administration absurde et un assureur véreux, un homme dans la mélasse, condamné à éviter la panade.... Temps d' épreuves et temps de peines. L' histoire vire ( sur la fin ) au fantastique ; elle montre aussi à travers le chemin de croix d' un paria, dans le réel, le quotidien, la perversité du monde de l' argent et des acteurs complices d' un système qui exclut. Added 04/03/2018 by Djamal

Quelques jours d'été | Un îlot de bonheur by Chabouté

Publication: Vents d'ouest . 160 p. 25 x 17 cm

Un bel album intimiste qui nous ramène sur les rives de l' enfance. Le récit est simple et émouvant plein de silences et de petits moments de bonheur. Seconde histoire sensible sur la rencontre entre un garçon fuyant des parents qui se déchirent et un SDF. Added 04/03/2018 by Djamal

Juste la fin du monde by Xavier Dolan, réal.

Publication: TF1 / Diaphana . 1 DVD vidéo (1h 34 min) 24

Un casting prestigieux, de l' émotion à l' état brute, des colères folles, des personnages aussi ingrats que touchants sur une histoire de règlement de compte familial : Juste la fin du monde pourrait se résumer à cette formule : '' famille je vous aime et famille je vous hais ! ''. Quand un jeune auteur à succès revient au village après 12 ans d' absence pour annoncer à ses proches sa mort prochaine, il est bien loin d' imaginer que sa démarche fera resurgir des traumas enfouis avec une violence telle qu'elle empêchera toute communication. Tout l' espace du film, huis-clos familial en plans séquences et cadrages serrés près des visages ( pour un effet immersif ) entremêle le verbiage brillant des personnages, bavards pour ne rien dire sinon pour fuir les silences, incapables d' exprimer l' essentiel, ce pourquoi ils sont là, et les colères multiples, l' hystérie facile, cachés derrière, parce qu' incapables de vider leur sac. On crie, on gueule, on hurle...pour un effet tape-à-l' oeil ! Xavier Dolan signe '' un film mal-aimable cherchant à déconstruire '', un furoncle sur l ' incommunicabilité. Peut- on alors imaginer ou espérer ( après avoir reçu quelques coups au plus près des personnages ), la tension aidant, allant crescendo, voir enfin l' abcès crevé et notre auteur taciturne ( Gaspard Ulliel, bouleversant ) très à l' écoute des autres dire ( enfin ) son mal ?

César trois fois ( meilleur acteur, réalisateur et montage 2017 ) et Grand Prix du Festival de Cannes 2016. Added 04/03/2018 by Djamal

No cover image available